Le cou (ou colonne cervicale) est un réseau coordonné de nerfs, d’os, d’articulations et de muscles dirigés par le cerveau et la moelle épinière. Il est conçu pour la force, la stabilité et la communication nerveuse.

La colonne cervicale a la tâche importante de fournir un soutien et une mobilité pour la tête, qui peut peser environ 5kg. Elle commence à la base du crâne et à travers une série de sept vertèbres cervicales, nommées C1 à C7, se connecte à la région thoracique, ou poitrine, de la colonne vertébrale, au niveau C7-T1.

À l’exception du niveau supérieur de la colonne cervicale, qui assure principalement la rotation du crâne, la plupart des niveaux de la colonne cervicale peuvent être décrits comme ceci :

  • Une paire d’articulations relie deux vertèbres, permettant des mouvements vers l’avant, vers l’arrière et des mouvements de torsion.
  • Un disque entre chaque vertèbre qui assure l’amortissement, l’espacement et la coordination.
  • Des racines nerveuses qui s’étendent de la moelle épinière et sortent par le foramina neural (trous dans les os) situé sur les côtés gauche et droit de la colonne vertébrale.

Si la plupart des problèmes de la colonne cervicale se développent avec le temps, ils peuvent aussi être causés ou accélérés par une blessure.

Divers problèmes dans la colonne cervicale peuvent comprimer une racine nerveuse ou la moelle épinière et causer des douleurs au cou et/ou des symptômes neurologiques (nerf pincé).

L’évolution de la douleur cervicale

La douleur au cou est courante chez les adultes, le haut du dos étant une zone fréquemment exposée aux tensions diverses.

La cervicalgie peut se développer soudainement, par exemple à la suite d’une blessure, ou elle peut se développer lentement au fil du temps, par exemple à la suite d’années de mauvaise posture.

La douleur peut généralement être soulagée par des soins personnels, comme le repos, la formation de glace ou l’amélioration de la posture. Mais parfois, des traitements médicaux non chirurgicaux sont nécessaires, comme la prise de médicaments ou la kinésithérapie.

Si les traitements non chirurgicaux n’aident pas, alors des options chirurgicales peuvent être envisagées.

Un médecin devrait être consulté si la douleur persiste ou continue d’interférer avec les activités routinières, comme le sommeil.

Généralement, il peut y avoir un certain nombre de problèmes qui causent des douleurs dans le cou. De plus, l’irritation le long des voies nerveuses peut causer des douleurs à l’épaule, à la tête, au bras et à la main.

L’irritation de la moelle épinière peut s’étendre et causer des douleurs dans les jambes et d’autres zones sous le cou.

La plupart des cas de douleurs cervicales disparaissent en quelques jours ou semaines, mais une douleur qui persiste pendant des mois pourrait signaler une cause médicale sous-jacente qui doit être traitée.

Symptômes d’une douleur au cou

La douleur au cou peut ressembler à l’un ou l’autre des symptômes suivants :

  • Cou très raide qui rend la rotation de la tête difficile.
  • Douleur aiguë en un seul endroit.
  • Douleur ou sensibilité dans une zone générale
  • Douleur qui rayonne vers le bas dans les épaules, les bras ou les doigts ; ou rayonne vers le haut dans la tête.

Dans certains cas, d’autres symptômes associés à la douleur au cou sont encore plus problématiques, par exemple :

  • Picotement, engourdissement ou faiblesse qui rayonne dans l’épaule, les bras ou les doigts.
  • Problèmes de préhension ou de levage d’objets
  • Problèmes de marche, d’équilibre ou de coordination
  • Perte du contrôle de la vessie ou des intestins

La douleur au cou peut être mineure et peu dérangeante tout comme elle peut être atroce au point d’interférer avec des activités quotidiennes importantes, comme le sommeil.

La douleur peut être de courte durée, aller et venir, ou devenir chronique. Bien qu’elles ne soient pas courantes, les douleurs cervicales peuvent aussi être le signe d’un problème médical sous-jacent grave, comme la méningite ou le cancer.

Quand la douleur au cou est sérieuse

Certains symptômes associés à la douleur au cou pourraient indiquer que la santé d’une racine nerveuse ou de la moelle épinière est à risque, ou peut-être qu’il y a une maladie ou une infection sous-jacente.

Ces symptômes peuvent inclure une douleur radiante, des picotements, un engourdissement ou une faiblesse dans les épaules, le bras ou les mains ; des problèmes neurologiques d’équilibre, de marche, de coordination ou de contrôle de la vessie et des intestins ; de la fièvre ou des frissons ; et d’autres symptômes gênants.

De plus, les douleurs au cou à la suite d’un traumatisme, comme un accident de voiture ou une chute dans les escaliers, nécessitent des soins d’urgence.

Causes de douleurs cervicales les plus fréquentes

Il existe trois types généraux de douleurs au cou :

  • Aiguë. Douleur qui dure moins de 4 semaines.
  • Subaiguë. Douleur qui dure de 4 à 12 semaines.
  • Chronique. Douleur qui dure 3 mois ou plus.

Pour les douleurs aiguës au cou, la cause spécifique est souvent inconnue. La douleur disparaît en 4 semaines, donc la plupart des gens sont bien contents de reprendre leur vie normalement et ne se préoccupent pas de ce qui a causé la gêne temporaire.

Mais pour les autres types où la douleur s’étend plus longtemps, il est important de comprendre la condition médicale sous-jacente qui cause la douleur afin de mieux la traiter.

Voici la plupart des causes communes de douleur au cou :

  • entorses dues à une mauvaise position de sommeil, à une utilisation excessive du muscle ou du tendon, à une blessure sportive (collision, blessure), une mauvaise posture au travail ou en conduisant, un mouvement répétitif (peut être vous retournez vous trop sur les jolies filles ?), le maintien de la tête dans une position inhabituelle (longue conversation au téléphone), un coup du lapin lors d’un accident de voiture
  • une discopathie dégénérative cervicale : tout le monde ressent l’usure de la colonne cervicale au fil du temps. Il est naturel que les disques perdent graduellement l’hydratation et la capacité d’amortir les vertèbres de la colonne vertébrale. Si un disque dégénère suffisamment, il peut entraîner une irritation douloureuse d’un nerf cervical de diverses façons, comme une hernie discale, un nerf pincé ou des changements dans les articulations qui peuvent causer de l’arthrite.
  • une hernie discale cervicale qui peut presser ou pincer un nerf cervical
  • une arthrose cervicale : lorsque le cartilage d’une vertèbre cervicale s’use suffisamment, il peut entraîner une arthrose cervicale, également connue sous le nom de spondylose cervicale.
  • Stress émotionnel. Parfois, les muscles du cou peuvent se contracter et engendrer des douleurs en réponse au stress, à l’anxiété ou à la dépression.
  • Infection. Si une partie de la colonne cervicale s’infecte, l’inflammation peut causer des douleurs au cou. La méningite en est un exemple.
  • Douleur myofasciale, résulte de muscles endoloris, typiquement dans le haut du dos ou le cou. Les points de déclenchement (trigger points) peuvent être chroniquement douloureux ou seulement douloureux au toucher. La douleur peut être localisée ou se propager.
  • Fibromyalgie, difficile à diagnostiquer, mais elle implique généralement des douleurs musculaires, tendineuses et ligamentaires dans plusieurs parties du corps, y compris dans le cou.
  • Tumeur spinale. Une tumeur, telle qu’un cancer, pourrait se développer dans la colonne cervicale et presser contre un nerf. Ces types de tumeurs se produisent le plus souvent lorsque le cancer qui a commencé dans une autre partie du corps se métastase.
  • Spondylarthrite ankylosante. Cette arthrite progressive de la colonne vertébrale et du bassin peut causer une inflammation, une douleur et une raideur généralisées dans toute la colonne vertébrale, y compris le cou.

Certaines recherches indiquent qu’un mauvais sommeil, une inactivité ou encore le fait de fumer peut augmenter le risque de développer des douleurs cervicales.

Quel traitement contre les douleurs cervicales ?

douleurs au cou

La plupart des douleurs cervicales peuvent être traitées par des méthodes non chirurgicales, avec des soins à domicile et/ou avec l’aide d’un professionnel de la santé.

Voici les soins que vous pouvez vous administrer si la douleur au cou n’est pas débilitante et n’a pas commencé à la suite d’un traumatisme :

1) Du repos

Pour la plupart des au cou, il suffit d’y aller doucement pendant quelques jours pour que les muscles et les tendons guérissent d’eux-mêmes. Il est important de faire attention à éviter les activités ou les mouvements vigoureux qui causent plus de douleur.

2) Thérapie chaud froid

SPORTS LABORATORY Minerve Ajustable Soulage Les Douleurs de...
33 Reviews
SPORTS LABORATORY Minerve Ajustable Soulage Les Douleurs de...
  • AVANTAGES POUR LA SANTÉ : après l'avoir utilisée, vous remarquerez une diminution rapide des...
  • GARANTIE SPORTS LABORATORY : certifié FDA (agence américaine des produits alimentaires et...
  • SOULAGE EFFICACEMENT LES DOULEURS DE LA NUQUE : l'association d'aimants auto-chauffants en...

L’application de glace peut servir d’anti-inflammatoire pour réduire l’enflure et la douleur. Au début, il est préférable d’appliquer de la glace ou des compresses froides pour soulager les douleurs au cou, car elles peuvent fermer temporairement les petits vaisseaux sanguins et empêcher l’enflure de s’aggraver.

Après quelques jours, de la glace ou de la chaleur peut être appliquée en alternance. L’application d’une chaleur continue peut causer un gonflement accru.

3) Le massage ou l’automassage

Souvent employé après avoir appliqué de la glace ou de la chaleur, un massage peut apaiser les tensions musculaires et les spasmes, réduisant ainsi la douleur.

Parce qu’on ne peut pas toujours s’offrir les services d’un professionnel, l’automassage est une bonne alternative, qui peut se pratiquer, pourquoi pas, avec l’aide d’un coussin cervical massant (et chauffant).

Vous pouvez aussi avoir recours à l’auto massage à l’aide d’un rouleau de massage (roller foam) qui va venir soulager les trigger points (ces points de déclenchement douloureux dont nous avons parlé).

4) Correction de la posture

Si la mauvaise posture cause la douleur au cou, alors de simples changements pourraient être la solution. Cela pourrait inclure changer un poste de travail pour devenir plus ergonomique, avec une chaise, un moniteur et un clavier positionnés de manière à garder le corps, la tête et le cou plus alignés dans une position naturelle ; ou apprendre à dormir sur le dos (au lieu du ventre ou du côté) avec un oreiller et un matelas ergonomiques.

Certains patients notent les effets bienfaisants des oreillers à eau qui leur permettent de mieux dicter la fermeté du coussin. Plus l’oreiller est rempli d’eau, plus il est ferme et inversement.

> Lire aussi : mal de dos la nuit, que faire ?

5) Modification du mode de vie

S’il s’avère que certaines activités causent des douleurs au cou qui reviennent sans cesse, alors ces activités devraient être limitées ou évitées.

Certains notent par exemple les effets thérapeutiques de la natation sur les douleurs cervicales, disant qu’elle réduit l’inflammation, en soulageant rapidement la douleur et en soulageant la raideur de la nuque. Pas besoin de nager si c’est trop pénible, immergez-vous jusqu’au coup et déplacez-vous simplement.

De même, pensez à utiliser un casque Bluetooth pour téléphoner, plutôt que de placer votre téléphone entre votre épaule et votre oreille pour avoir les mains libres.

6) La médication

De nombreux analgésiques en vente libre sont disponibles pour réduire l’inflammation ou empêcher les signaux de douleur d’atteindre le cerveau. Cependant, ces médicaments doivent être utilisés avec prudence. Lisez l’étiquette complète de l’analgésique pour connaître le mode d’emploi et les mises en garde, et veillez à ne pas surdoser.

7) L’acupuncture

L’acupuncture fournit différents degrés de soulagement des douleurs cervicales. Certaines personnes jurent par son efficacité, tandis que d’autres ne sont pas capables de noter d’évolutions.

L’efficacité de l’acupuncture et du massage en profondeur dépend souvent des compétences du praticien, d’où l’importance pour les patients de faire des recherches sur ces méthodes de traitement et de vraiment comprendre comment identifier un professionnel compétent.

> Lire aussi : comment l’acupuncture soulage le mal de dos ?

Si la douleur au cou dure plus de quatre semaines ou continue de revenir, ou s’il y a d’autres symptômes gênants (par exemple, des symptômes neurologiques), il est important de consulter un professionnel de la santé pour une évaluation.